Bio et productivité : suite

Bio et productivité en agriculture :
Nous sommes en contact avec des agriculteurs convaincus par le bio. La diversification et l’autonomie de la production est le maître mot. On y élève des animaux (veaux, vaches, cochons, moutons, volailles) ce qui permet de recycler un compost riche (ou fumier) qui nourrira les terres et permettra d’y planter les céréales nécessaires à l’élevage.Le maximum est produit à la ferme.

En terme de productivité de céréales, il n’y a pas de baisse de productivité notable à l’hectare en bio et sur plusieurs années car les agriculteurs « épandent » du fumier à l’automne et pratiquent la rotation des cultures : on change donc chaque année la céréale cultivée sur un champ : luzerne, épeautre, blé, orge, ce qui permet de ne pas épuiser la terre. Par ailleurs, certaines plantes régénèrent la terre, tout en produisant. On peut également laisser au repos certains champs et les transformer un temps en prairies.

La production bio de céréales est plus aléatoire car plus dépendante d’une bonne année (pluie, chaleur, soleil) que la culture intensive. Mais on y gagne sur la longueur : pas de pollution ni d’épuisement des terres, pas de nappes phréatiques polluées par les pesticides et engrais, des consommateurs en bien meilleure santé (obésité, dérèglements, etc…)

0

Your Cart