Uniformisation et raréfaction des races

Le travail d’un éleveur ou d’un agriculteur ne consiste pas seulement à veiller à ses champs, nourrir et soigner ses bêtes. Il doit pratiquer une sélection des meilleures graines ou des meilleures bêtes pour améliorer son troupeau. Tout rentre en ligne de compte : la rusticité, son adaptation au climat local,  la constitution de la bête, le rendement, race à viande ou à lait, les bonnes mères mais aussi le comportement dans le troupeau ou avec l’homme. La construction d’un bon troupeau prend des années. On renouvelle par les mères mais aussi par le géniteur.

La recherche uniquement des meilleurs rendements, pratiquée par les industriels et l’état (INRA) ont spécialisé les animaux  par croisements. On a donc éliminé des races adaptées à certaines régions, ou des races rustiques moins « rentables »…. A ce petit jeu, on a perdu en diversité des races que ce soit pour les chèvres, les vaches, moutons, etc…. Trouver un géniteur n’étant pas de la même souche, évitant la consanguinité, relève de la gageure aujourd’hui.

0

Your Cart